7 juin 2018

Açores

Sommes bien arrivés aux Açores sur l'ile de Faial après 15 jours d'une belle traversée sportive. Deux jours de pétole pour commencer, puis du vent de sud-ouest portant.
Grand merci à Florence de nous avoir fait prendre une route au sud pour éviter les vents les plus forts. Beaucoup de nos "collègues" s'y sont fait prendre et en ont souffert !

8 mai 2018

Au revoir les Antilles : depart vers l'Europe

Nous quittons les Iles Vierges vers les Açores, cap au nord vers les Bermudes au début pour contourner le bien connu anticyclone des Açores. La traversée devrait durer 25 ou 30 jours, selon les humeurs d'Eole et de Neptune. A bientôt.

Les Iles Vierges : le bijou gâché

Splendide archipel, grand plan d'eau abrité bien fourni en jolies criques, sable blanc, eau turquoise, collines boisées, ce qui entait le paradis des flibustiers n'est plus qu'une vaste affaire touristique. Hôtels, bars, charters, paquebots, presque chaque baie a été envahie de constructions et de marinas.
L'automne dernier le cyclone Irma a détruit les fonds marins, les arbres, les bateaux et beaucoup d'infrastructures. Si l'ambiance sur les plages est plus calme que les années précédentes, l’économie locale souffre et la vie quotidienne des habitants est difficile.
Sur l’île de Tortola à Trellis Bay, en attendant des vents favorables pour rejoindre l'Europe, nous rencontrons et sympathisons avec Sena et Paulus qui gèrent le restaurant "Marché". Ils nous préparent souvent de délicieux repas quelquefois partagés. Leur amitié nous réconforte et rend agréable notre séjour ici.

25 avr. 2018

Saint Martin : l'île amicale

Beaucoup de bâtiments ont été détruits ou endommagés par le cyclone Irma l'automne dernier. Le plus impressionnant dans ce paysage en vrac est le cimetière avec les tombes vides, dalles et contenus ont été emportés par la tempête.
L’île et ses habitants encore sous le choc semblent vivre au ralenti, dans une ambiance très amicale. Les hôtels ne fonctionnent plus, les touristes sont rares alors que l’économie locale repose essentiellement sur le tourisme. Par contre, beaucoup de plaisanciers sont de passage ici, tant mieux pour les cafés et restaurants qui ont rouverts. Et tant mieux aussi pour nous car nous retrouvons les copains avec qui nous passons de bons moments.
On se laisserait bien vivre ici  à ne pas faire grand-chose en attendant de repartir vers l'Europe. Faisons nous violence pour aller visiter les Iles Vierges, à une nuit de navigation.

Photos : album et diaporama

12 avr. 2018

Saint-Barthélemy : loin du calme

Toute petite, saturée de maisons, de voitures, de camions, de bateaux et cette semaine de régatiers, St Barthélemy n'offre un peu de calme que dans la baie du Colombier au nord, préservée car propriété privée.
Si sur terre peu de traces du cyclone subsistent, sous l'eau le paysage est désolé, tout est recouvert de sable.
Visite ensuite à l'île de la Fourche, déserte, où nous étions aussi passés lors de notre précédent voyage en 1997. Hélas, le cyclone a même décoiffé les jolis cactus "tête d'anglais", et tristesse, arraché toutes les éponges et coraux qui gisent par milliers sur la plage. Nous profitons un peu du silence, puis nous mettons le cap sur la voisine St Martin.

Photos : album et diaporama